Publié le 09 octobre 2017

Zoom sur le Salon des expérimentations et des innovations solidaires, le SEIS

Les 13 et 14 octobre 2017 aura lieu le SEIS, à Rennes. De l’innovation, de la solidarité, du partage : Terramie sera de la partie !

Le SEIS ASKORIA, c’est quoi ?

Askoria est le 1er organisme de formation aux métiers de l’intervention sociale et médicosociale en France. Formations qualifiantes, perfectionnement, avant ou après le baccalauréat, l’organisme se spécialise dans « les métiers des solidarités ».

Dans un domaine en évolution permanente, il est important de se poser les bonnes questions, mais aussi de découvrir de nouvelles solutions !

Numérique, intergénérationnel, insertion, emploi : la solidarité prend aujourd’hui de nouvelles formes, à explorer. Pour pousser plus loin l’exploration, et ouvrir de nouveaux horizons, Askoria a créé le salon SEIS, le Salon des expérimentations et innovations solidaires.

L’horizon des solidarités

D’abord destiné aux étudiants Askoria et désormais ouvert à tous les publics, le salon SEIS fait intervenir de nombreux acteurs pour multiplier les échanges et le partage d’expérience. L’intérêt est d’ouvrir chacun des acteurs – actuels ou futurs- à de nouvelles perspectives.

Stands, conférences, tables rondes, ateliers participatifs… l’idée est de faire bouger les choses ensemble.

Dynamique et motivante, l’édition de cette année propose même une bourse aux projets, pour accompagner le développement des initiatives solidaires.

Terramie, parmi les initiatives solidaires

Insertion des jeunes, centre de soins pour les personnes handicapées, jardins solidaires, applis et robots d’aide à la personne… les jardins à visée thérapeutiques Terramie ont naturellement trouvé leur place auprès des intervenants du salon.

Christian Garcin, notre conseiller pour la Bretagne, est ravi de participer à cette rencontre unique en son genre. Vous pourrez le retrouver au stand n°40. De plus, il clôturera cette deuxième édition du salon par une intervention, « le jardin à visée thérapeutique : une démarche complète d’accompagnement », de 15h30 à 16h15, le samedi 14 octobre.

De l’émulation, du partage d’idées, des rêves qui promettent… on a hâte d’y être !            

Retrouvez toutes les infos sur le SEIS ASKORIA 

Pour contacter Christian Garcin, notre conseiller Bretagne :

07.86.11.31.43

christian.garcin@terramie.fr

En savoir plus

Publié le 16 octobre 2017

Anne-Sophie Guilbot, notre nouvelle conseillère !

Quittant les longues plages de l’île de Ré pour s’installer dans les vignobles bordelais, Anne-Sophie Guilbot fait désormais partie de l’équipe Terramie ! Communicante humaniste, elle parcourt les routes de Gironde (33) et du Lot-et-Garonne (47) pour faire fleurir des jardins thérapeutiques.

Une vocation pour le soin, une « richesse humaine »

Accompagner, transmettre… pour Anne-Sophie, le bien-être de ceux qui enseignent et aident à grandir devient une mission.

Avec l’éducation pour projet commun, elle prend soin des professionnels enseignants et salariés pendant une quinzaine d’années pour un établissement scolaire de La Rochelle. Engagée pour la valorisation de la Personne et la qualité de vie au travail, elle préfère parler de « richesses humaines » plutôt que de « ressources humaines ».

Elle développe alors les travaux en mode projet, et découvre la richesse des échanges pluridisciplinaires, la diversité de tout ce que les personnes peuvent s’apporter mutuellement. L’envie d’aller vers le domaine des soins à la personne s’affirme avec évidence.

La rencontre avec Terramie, une nouvelle approche du soin

Anne-Sophie a envie de créer et d’en apprendre toujours plus, lorsqu’elle rencontre Terramie et son concept de jardins à visée thérapeutique.

Terramie s’impose comme une réponse à son besoin de s’engager avec une contribution plus concrète dans les enjeux sociétaux actuels : la santé, l’environnement, l’outil jardin représente une nouvelle pratique de soin, naturelle et au plus près des personnes.

Jardinière amatrice, elle avait même envisagé une formation de fleuriste, pour mettre de la couleur dans toutes les vies ! C’est probablement de son ADN insulaire, qu’elle a tissé un lien authentique entre elle et les éléments : elle a toujours vécu la nature et le jardin comme une ouverture, un espace de liberté et d’autonomie.

Et si la force de vie de la nature pouvait se transmettre ? C’est décidé, Anne-Sophie accompagnera les projets de jardins à visée thérapeutique.

Le conseiller Terramie, comme un facilitateur

Depuis le mois de juin, Anne-Sophie a multiplié les échanges avec toute notre équipe. « Innovant », « enthousiasmant », « plein d’énergie positive »… elle s’engage sans peur dans l’aventure !

Avec Terramie, Anne-Sophie pourra porter une éthique du soin, au service des personnes vulnérables comme des soignants. C’est pour elle, un moyen de se positionner comme un relais, sur lequel les professionnels de la santé et du prendre soin peuvent compter : Elle incarne plus volontiers le rôle du facilitateur à celui du spécialiste, et préfère mobiliser plutôt que dicter, accompagner chacun – soignant comme patient - dans l’accomplissement de ses propres richesses. C’est ce qui fait que chaque jardin est unique et adapté

Bienvenue, Anne-Sophie !

Pour contacter Anne-Sophie Guilbot : 06 18 42 65 13
asophie.guilbot@terramie.fr
17 rue Notre Dame
33230 GUITRES

L’aventure Terramie vous tente ? N’hésitez pas à nous contacter

En savoir plus

Ils témoignent...

CLAUDINE, 32 ans, infirmière Diplômée d’Etat, travaille en unité de vie Alzheimer au sein d’un EHPAD

« J’ai été surprise de l’impact que le jardin a eu sur la qualité de sommeil de Louise. Cette mamie de 78 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer avait des difficultés à s’endormir et à dormir toute la nuit. Dès qu’elle a commencé à sortir au jardin, elle a posé moins de problème pour se coucher le soir et a commencé à avoir un meilleur cycle de sommeil. On a donc réduit la prise de médicaments. »

MATHILDE, animatrice en PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés)

« Nous avons un monsieur qui est sujet à de régulières crises d’angoisse. Il peut même devenir violent. Il a compris qu’aller au jardin thérapeutique du PASA lui permettait de se calmer. Chaque fois qu’il sent l’angoisse monter, il sort et marche et marche encore. Il revient à l’intérieur, sa crise est passée. »

Jean-Claude, 58 ans

« Vous savez, quand on est touché par un cancer, on doit être fort mentalement pour accepter les protocoles, les effets secondaires, la fatigue… Moi, chaque fois que j’avais une séance de chimio, je m’arrangeais pour arriver à l’hôpital 30 mn avant. Ca me permettait de passer une demi-heure dans le jardin thérapeutique du CHU. Je me sentais relié à la nature, à la vie. Ca m’aidait à faire le plein d’énergie et à faire face. Je crois vraiment que ça m’a bien aidé à trouver la force de me soigner.  »