Publié le 21 juillet 2016

Que faire au jardin pendant l'été ? 

L’été est l’occasion de voir fleurir les belles récompenses d’une longue année de labeur au jardin. Mais pas question d’admirer sans rien faire, même s’il fait trop chaud pour travailler : la saison est idéale pour l’entretien.

Pour que les fleurs restent fraîches

Suivant les régions et suivant les espèces, les fleurs souffrent des fortes chaleurs de l’été sans humidité. L’arrosage doit se faire de plus en plus fréquent – à condition bien sûr qu’une forte pluie ne pointe pas le bout de son nez. Si l’orage est encore loin, prenez soin d’arroser vos fleurs en fin de journée, lorsque le soleil n’est plus brulant et que la température va commencer à baisser, pour éviter l’évaporation. Nettoyez bien le sol à leur pied, pour que toute l’eau de pluie ou de l’arrosoir pénètre bien la terre. N’arrosez pas trop, et ayez soin de n’utiliser que l’eau du récupérateur d’eaux pluviales, ou l’eau de nettoyage des légumes. 

Cueillez la lavande pour en faire de petits sacs pour le linge de maison.

Juillet et août sont aussi les bons mois pour diviser les plans de vivaces qui ont déjà fleuri, de semer et de nettoyer tout ce qui a déjà fleuri, pour avoir la chance de revoir une floraison en début d’automne. Taillez les rosiers qui ont déjà fleuri.

Au potager et au verger, la récolte

Désherbez, buttez, semez, arrosez, et surtout... récoltez ! Il est temps de déguster les courgettes, les tomates, framboises, les aubergines, les melons...
Au verger, on cueille de belles poires juteuses, des pêches, parfois des abricots. Les figues commencent à parfumer l’air du soir. La vigne quant à elle commence à se faire belle, il faut la soigner. Avec stratégie, nettoyez les arbres fruitiers de quelques feuilles, pour réduire l’ombre sur les fruits qui grossissent.

Pour les arbres et arbustes, les boutures et les greffes

Arrosez bien les arbres et arbustes plantés depuis peu, et favorisez la pénétration de l’eau dans la terre en grattant bien la terre à leur pied. Les arbres à fleurs, comme les rosiers, doivent être taillés. Vous pouvez aussi greffer et bouturer.

En savoir plus

Publié le 12 juillet 2016

Nos conseillers Terramie sur le terrain : Christophe Planchon

Conseiller Terramie depuis 2 ans, Christophe Planchon a tenu à partager la richesse de son expérience Terrain, entre grands plaisirs et difficultés surmontées. Il a accompagné la conception de jardins thérapeutiques dans différents champs du soin. Loin de l’impressionner, la diversité des projets traités semble lui donner des ailes.

Comme une évidence, le jardin thérapeutique Terramie

En reconversion professionnelle et issu d’une grande entreprise de solutions en ressources humaines, Christophe Planchon a repris des études de conception en paysage pour laisser pleinement la place à son esprit créatif.

Sensible aux enjeux majeurs du vieillissement de la population en France, il a entendu parler des jardins thérapeutiques Terramie. Il cherchait alors un métier aux rapports plus humains et plus personnels, avec une certaine autonomie : être conseiller Terramie s’est imposé comme une évidence.

Ce qui lui plait chez Terramie

Pour lui, Terramie est un réseau à taille humaine, loin de l’anonymat des multinationales et des grands groupes.

Récent, avec une démarche et un concept innovant, des perspectives concrètes à co-construire. .. le réseau Terramie lui permet d’être en amont des projets, pouvoir fédérer des équipes, une direction, définir et suivre le cahier des charges, de la conceptualisation à la création des jardins.

Christophe voit donc fleurir les projets qu’il a dessiné, sans copier-coller, dans une parfaite adaptation aux besoins des institutions : « aujourd’hui, je sais comment faire interagir la thérapie au jardin mais ce qui me passionne est de concevoir le jardin thérapeutique unique pour chaque établissement, dédié à l’équipe soignante et aux résidents ».

Ses belles aventures

Christophe intervient en partie sur La Nouvelle région Aquitaine (Charente, Dordogne, Corrèze, Creuse, Haute-Vienne), avec déjà de nombreux projets et jardins réalisés.

« Ma plus grande fierté aujourd’hui est d’avoir capté l’attention et l’intérêt de directions et institutionnels majeurs, au travers de projets très différents, dans l’approche thérapeutique du jardin ":

  • En Creuse, avec le tout premier jardin thérapeutique en addictologie, pour le CH La Valette, à St-Vaury.
  • En Haute-Vienne avec un centre d’hébergement pour personnes adultes handicapées, regroupant des structures de FAM, FDV et MAS : la contrainte principale était alors de réunir des personnes aux pathologies très diverses, autour d’un lieu de vie extérieur commun.
  • En Dordogne avec une MECS - Maison d’enfance à caractère social) : habituellement en EHPAD, on réfléchit le jardin dans sa fonction de poursuite identitaire et sociale… Ici, le défi est de concevoir le jardin dans ses missions de construction identitaire, face à un public jeune fragilisé et souvent en rupture sociale.
  • En cours, un projet tout aussi stimulant sur la demande d’un EHPAD spécialisé dans l’hébergement de personnes âgées mal et non-voyantes. La question est celle de la conception d’un espace naturel sécurisé, sur un jardin multi-sensoriel, avec des repères spatio-temporels adaptés, pour la stimulation de certains sens au détriment de celui perdu : la vue.

Le plaisir de concevoir des jardins thérapeutiques

Christophe aime son métier, et cela se voit. Il aime se heurter à de nouvelles questions, de nouveaux enjeux qui remettent en question ses savoirs et ses compétences.

Ses compétences acquises par le passé lui servent toujours, notamment dans l’approche du projet et l’approche budgétaire, dans la recherche de subventions. Chaque aboutissement de projet signifie surtout la satisfaction et la valorisation de chaque personne qui s’y est impliquée. Le personnel soignant est heureux d’être écouté pour son expérience, et le conseiller Terramie se doit d’être à l’écoute, non pas dans une posture d’expert qui dirige, mais d’expert au service des équipes. Matérialiser les idées, être facilitateur...

 La valeur du partage et de la confiance se révèle dans la réalisation du projet. Une fois sorti de terre, le jardin thérapeutique est le révélateur d’un travail d’équipe, d’une grande aventure humaine : c’est l’un des meilleurs cadres que l’on puisse donner à une dynamique de soin, un soin au plus près de l’humain. Et la plus belle réalisation de l’équipe, c’est le bien-être des patients au jardin. 

« La force de notre démarche se révèle dans l’accompagnement en formation où le conseiller Terramie prend le rôle de formateur afin de donner « la boîte à outils » pédagogique aux équipes afin qu’elles animent et comprennent la puissance thérapeutique du jardin. Et ainsi le jardin devient un outil complémentaire de soin non-médicamenteux dans l’offre de soins globale de l’établissement »

 « Nous suivons au fil du temps l’évolution du jardin et ses bienfaits. Sur certains projets nous avons de grandes satisfactions lorsque les équipes témoignent de la reprise d’activité d’un résident qui jusqu’alors ne sortait plus, ne parlait plus à personne et s’isolait dans sa chambre… Et comme « par miracle » revient à la vie et retrouve un sens dans le jardin qui devient SON JARDIN .

Réunir l’humain et la nature … quel plus bel objectif de travail ? 

Pour contacter Christophe Planchon : christophepierre.planchon@terramie.fr

Retrouvez tous nos conseillers par département. 

Vous êtes vous aussi interessés par l’aventure Terramie ? 

En savoir plus

Ils témoignent...

CLAUDINE, 32 ans, infirmière Diplômée d’Etat, travaille en unité de vie Alzheimer au sein d’un EHPAD

« J’ai été surprise de l’impact que le jardin a eu sur la qualité de sommeil de Louise. Cette mamie de 78 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer avait des difficultés à s’endormir et à dormir toute la nuit. Dès qu’elle a commencé à sortir au jardin, elle a posé moins de problème pour se coucher le soir et a commencé à avoir un meilleur cycle de sommeil. On a donc réduit la prise de médicaments. »

MATHILDE, animatrice en PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés)

« Nous avons un monsieur qui est sujet à de régulières crises d’angoisse. Il peut même devenir violent. Il a compris qu’aller au jardin thérapeutique du PASA lui permettait de se calmer. Chaque fois qu’il sent l’angoisse monter, il sort et marche et marche encore. Il revient à l’intérieur, sa crise est passée. »

Jean-Claude, 58 ans

« Vous savez, quand on est touché par un cancer, on doit être fort mentalement pour accepter les protocoles, les effets secondaires, la fatigue… Moi, chaque fois que j’avais une séance de chimio, je m’arrangeais pour arriver à l’hôpital 30 mn avant. Ca me permettait de passer une demi-heure dans le jardin thérapeutique du CHU. Je me sentais relié à la nature, à la vie. Ca m’aidait à faire le plein d’énergie et à faire face. Je crois vraiment que ça m’a bien aidé à trouver la force de me soigner.  »