Actualités Terramie

Publiée le 25 juillet 2017

Découvrez le jardin thérapeutique de l’EHPAD du Château d’Eve

Inauguration du jardin thérapeutique du Château d'Eve
Inauguration du jardin thérapeutique du Château d'Eve

Le 23 juin, l’EHPAD du Château d’Eve, dans l’Oise inaugurait son jardin thérapeutique Terramie ! Une grande première pour notre conseillère Patricia Espi, qui, pour l’inauguration de son premier jardin a pu rencontrer Madame la sénatrice de l’Oise Laurence Rossignol, venue spécialement pour l’occasion.

 La qualité de vie des résidents comme projet de soin

Il y a deux ans, les résidents de l’EHPAD du Château d’Eve faisaient part de leur difficulté, à l’arrivée en EHPAD, à adopter le mode de vie de l’institution : « La plupart de nos résidents ont travaillé la terre toute leur vie, et nourrissent un lien très fort avec la nature » nous confie Beba Stojanovic, la directrice de l’établissement.

C’est alors que l’idée du jardin thérapeutique est apparue, comme un moyen d’intégration à un nouveau mode de vie, d’où la nature, le plein air et le travail de la terre ne seraient pas complétement absents. 

Conçu comme une alternative aux médicaments, le jardin thérapeutique du Château d’Eve a pour vocation d’offrir un espace de vie au grand air, un espace de vivre ensemble, contre le sentiment d’isolement. Il permet de renforcer les liens sociaux, familiaux et intergénérationnels, et surtout, de garder un lien avec le monde extérieur à l’institution. C’est une rupture avec un cadre médicalisé : « Les activités d’hortithérapie permettent de se sentir responsable de quelque chose, à nouveau utile. Le jardin thérapeutique permet aux résidents de garder pied avec la réalité […]. Il diminue l’anxiété, favorise l’estime de soi, et maintient l’autonomie » précise Patricia Espi, conseillère Terramie pour le Château d’Eve.

Un support non médicamenteux, accessible et apaisant

L’ensemble du jardin et ses activités sont accessibles aux personnes à mobilité réduite : les chemins sont stabilisés, larges, visibles, les jardinières sont surélevées pour permettre l’accès en fauteuil roulant. Les allées mènent à des massifs pour stimuler les sens, à des espaces d’hortithérapie, à des bancs pour le repos, à des installations musicales…

Des structures d’activité physique adaptées prennent leur place au jardin, pour encourager l’activité et préserver l’autonomie des personnes âgées le plus longtemps possible. Accompagnés par des professionnels, en douceur, les résidents peuvent travailler leurs membres supérieurs et inférieurs, la coordination et l’équilibre, le système cardiovasculaire, sans oublier l’aspect ludique des activités : panier de basket, cible, plateau de jeux…

Et le petit « plus » du jardin : les poules et les chèvres donnent de la vie à toute cette nature, et offrent des possibilités de pratiques de médiation animale.

Le suivi Terramie

L’EHPAD du Château d’Eve s’est tourné vers Terramie, le spécialiste du jardin à visée thérapeutique, pour donner vie à son projet. Patricia Espi a donc suivi et accompagné le projet du château d’Eve, dans la mise en forme des idées, la recherche de financements, la mise en place de formations de soignants à l’utilisation de l’outil jardin…

Souhaitant mettre en place une action spécifique pour le maintien des acquis de la personne âgée en institution au travers d’un aménagement environnemental, le jardin thérapeutique du Château d’Eve s’intègre dans le Schéma régional d’organisation Médico-sociale de Picardie : celui-ci préconise l’amélioration de l’accompagnement des personnes âgées en EHPAD. Porté par une politique de soutien au bien-être des personnes âgées, le jardin de l’EHPAD du château d’Eve a été inauguré par la maire de la Ville, Marie-Agnès Champault, en la présence et sous le Haut-patronage de Madame la sénatrice de l’Oise, Laurence Rossignol.

Et pour un jardin évolutif et pérenne, l’accompagnement Terramie c’est aussi une collaboration sur le long terme, dans le temps, avec les équipes soignantes, comme avec les résidents : certains d’entre eux sont « résidents pilotes », ils conseillent au quotidien sur la gestion du jardin. En plus de voir leur savoir valorisé, les résidents prennent une part active au jardin, ils participent à l’environnement qui est le leur.

Félicitations, Patricia, pour cette belle réalisation ! Nous souhaitons à toute l’équipe de très beaux moments dans ce très beau jardin… 

                                                                             Inauguration du jardin thérapeutique du Château d'Eve
undefined

Publiée le 10 juillet 2017

Zoom sur la dernière formation Terramie

Formation Terramie
FOrmation Terramie

Les 3 et 4 juillet, nos conseillers Gaëlle Six et Christian Garcin et notre directrice générale Nathalie Joulié-Morand se sont retrouvés à Paris pour une formation sur la formation à l’usage du jardin thérapeutique. Retour sur deux jours d’échanges, de sérieux, mais aussi de bonne humeur !

Comment aider, comment participer sans trop intervenir, quels ateliers peuvent-il être mis en place, comment faire vivre un jardin sur les quatre saisons ? Le jardin thérapeutique apporte de nombreuses questions dans sa pratique au quotidien comme dans la créativité qu’il suscite, et c’est là toute sa richesse.

Pour exploiter au mieux tous les bienfaits du jardin, l’accompagnement Terramie consiste aussi en la formation du personnel soignant à l’usage de l’outil Jardin thérapeutique. Terramie accompagne le soignant au jardin, avec les résidents ou avec les personnes fragilisées, au quotidien et au cœur de son emploi.

Le conseiller Terramie doit alors savoir être un bon formateur ! Nathalie Joulié-Morand a rappelé les principes de la formation du personnel soignant à l’usage de l’outil Jardin thérapeutique, sur deux journées. Gaëlle Six, conseillère à Lyon, et Christian Garcin, conseiller pour la Bretagne en ont profité, avec curiosité et motivation, malgré une chaleur caniculaire.

«  l’échange fut vivant et constructif », nous rapportent Christian et Gaëlle « c'est une vraie plus-value, permettant d'aller au-delà de la pure formation, en passant par le transfert d'expériences, pour arriver sur la compréhension de ce que doit être la transmission du savoir et/ou des compétences ».  

C’est aussi l’occasion de retrouvailles entre franchisés, très conviviales, autour d’un échange et d’un partage plus global. Vivement la prochaine formation ! 

Publiée le 14 mars 2017

L’autisme au jardin thérapeutique : rencontre avec Magali Coudon, psychologue référente pour Terramie

La psychologue Magali Coudon
La psychologue Magali Coudon

Magali Coudon est psychologue, spécialiste de l’autisme et autres troubles envahissants du développement – TED-. Tournée vers la nature et ses bienfaits sur le psychisme, elle est tout récemment devenue référente pour Terramie. Quand le jardin thérapeutique et l’autisme ont beaucoup à partager…

Dès le séminaire Terramie du mois de janvier toute l’équipe Terramie a pu bénéficier des conseils de Magali, notre référente pour l’autisme. Son intervention a permis de sensibiliser les conseillers aux spécificités du trouble, pour une prise en charge adaptée au travers du jardin thérapeutique.

Magalie et Terramie

Psychologue à Rodez, en Aveyron, Magali accompagne les enfants et les adultes souffrants de troubles autistiques. En conseillant, en sensibilisant ou en intervenant directement auprès des personnes, elle travaille en partenariat avec des associations de parents, des écoles et des professionnels intervenant auprès des enfants et des familles.

Son goût pour la nature, ses recherches sur les bienfaits du jardin comme support l’ont guidée vers Terramie. De notre côté, il était important de bien connaître les spécificités des troubles autistiques pour une conception de jardins toujours plus adaptés aux personnes et à leur accompagnement.

Entre elle et Terramie, ça a tout de suite marché ! Dès sa première intervention, les conseillers Terramie ont été conquis par le savoir de Magali. Gaëlle Six, conseillère à Lyon nous a raconté l’impact qu’a eu pour elle la première intervention de Magali, fournissant un « socle de connaissance scientifiques, pour toujours être au plus près des équipes et de leur expérience ».

De l’autisme

L’autisme et les troubles envahissants du développement, parfois nommés « TED » réunissent un ensemble de caractéristiques communes, comme « l’altération des interactions sociales réciproques et des modalités de communication »* , des anomalies dans comportement comme dans les intérêts, et d’autres signes cliniques comme une hyper sensibilité – à la lumière, aux odeurs, aux textures… -… Peuvent être associés des difficultés et handicaps physiques et moteurs.

L’intelligence et les capacités d’apprentissage ne sont pas forcément déficientes. On a longtemps cru que les personnes autistes présentaient peu de capacités cognitives : aujourd’hui, on sait que l’autisme présente une autre forme d’intelligence, davantage fondée sur les perceptions et les logiques. La déficience intellectuelle n’est pas systématique : au contraire, les capacités intellectuelles peuvent être particulièrement élevées, comme dans le syndrome d’Asperger. « Les capacités intellectuelles peuvent être stimulées, et se développer » : ne les laissons pas de côté !

Dans la mesure où il n’existe pas une seule forme clinique d’autisme, on parle de « spectre autistique » : il pourrait exister autant de formes d’autismes que de personnes autistes. C’est là tout le défi de l’accompagnement des personnes : s’adapter aux spécificités et aux besoins de chacun.

 Comment le jardin thérapeutique peut-il intervenir dans le suivi et dans l’accompagnement des personnes autistes ? 

 « Le jardin présente une activité de support très intéressante, par plusieurs aspects :

- il laisse des moments de calmes comme des temps de stimulation,

- il permet de cultiver de ses propres mains, pour une reconnaissance de son travail et de ses capacités, - il présente un lien concret avec les choses, il permet d’observer les processus de transformation, par la cuisine des légumes du potager, par exemple,

- Il autonomise, stimule tantôt les approches globales, tantôt la motricité fine,

- Il stimule les interactions sociales, la communication, le travail de groupe, où l’on doit attendre son tour… »

La conception du jardin de vie pour les personnes autistes </h3>

Etant données les différences entre les autismes et la variété des troubles associés, il est essentiel de penser l’environnement au sens global dans la conception du jardin, tout en accordant une attention particulière aux détails. En cela, la conception du jardin est un vrai défi :

« L’important est de ne rien imposer aux personnes, et de prendre en compte les particularités autistiques ». « Il est donc essentiel d’aller vers l’équipe, pour faire attention aux sensibilités, hypersensibilités ou hyposensibilités ».

Sélection précise des éléments et matériaux de composition, structuration des espaces de stimulation ou de repos, choix des couleurs, aménagement des espaces de circulation… Magali nous rappelle la valeur d’une conception sur-mesure, basée sur l’expérience de l’équipe soignante, au plus près d’un vécu quotidien. Lorsque l’on sait tout le ressenti que peut provoquer une clôture, un gravillon, une couleur… Lécoute et l’implication des soignants dans le projet sont des conditions essentielles pour le bien-vivre des personnes autistes au jardin.

Ecoute dans la conception, mais aussi écoute dans le suivi, une fois le jardin réalisé… « il faut ajuster en permanence », dit Magali. « Besoin de voir, de revenir, de réajuster… » le travail de conception du jardin thérapeutique n’est jamais fini. Il demande des réajustements permanents, des essais, des erreurs, tant la diversité est grande. Le concepteur Terramie doit savoir entendre, voir, écouter, questionner, et réadapter : c’est le propre de l’accompagnement Terramie, un accompagnement sur le long terme.

De nos jours, l’«outil jardin » est encore peu répandu dans l’accompagnement des personnes autistes. Si l’on a des témoignages et des expériences, les connaissances sur le lien bénéfique avéré entre jardin thérapeutique et autisme ne sont pas encore formalisées. Pour Terramie comme pour Magali Coudon, il est donc plus que jamais d’actualité de chercher et de découvrir, d’informer et de sensibiliser sur l’autisme et sur ce que peut lui apporter le jardin thérapeutique.

Vous avez une question, une réflexion à partager, une remarque sur le sujet… n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir d’échanger avec vous ! 

*source : portail has-sante.fr

Actualités précédentes :

02 mars 2017 | Terramie, nominé aux trophées Silver Eco 2017 !

19 janvier 2017 | Le séminaire Terramie

02 janvier 2017 | Belle et lumineuse année 2017 !

19 décembre 2016 | Formation : la création du jardin thérapeutique

13 octobre 2016 | Des écoliers au jardin, avec Sandrine Alibert

22 septembre 2016 | Alzheimer : l'importance du lien intergénérationnel

16 septembre 2016 | La FNADEPA, notre nouveau partenaire !

13 septembre 2016 | Rencontrez Gaëlle Six, notre nouvelle franchisée à Lyon !

> Consulter les archives des actualités Terramie