La pleine conscience, du côté des soignants

Publié le 09 novembre 2016

La pleine conscience, du côté des soignants

la pleine conscience
La pleine conscience

Être présent pour le patient malgré la fatigue, les émotions, le stress... l’enjeu du métier de soignant est parfois lourd à porter, et peut être la source de soucis aux quotidiens comme de détresses plus profondes. Aux principes proches de ceux du jardin à visée thérapeutique, la pleine conscience est une technique aux effets bénéfiques sur le bien-être personnel comme professionnel, pour soi comme pour les autres.

Les principes du Mindfulness

Egalement appelée « Mindfulness », la pleine conscience s’appuie sur la philosophie bouddhiste selon laquelle la vigilance de la conscience sur ses pensées, ses actions, ses ressentis libère l’esprit.

Le principe est de rester dans l’instant présent, à l’inverse du geste machinal que l’on fait sans y penser, comme une mécanique. La conscience reste concentrée sur la pensée de l’instant, sur les émotions ou les ressentis mobilisés par la pensée ou par l’action que l’on est en train de vivre. L’important est de ne pas juger, de ne pas chercher à retenir ni la joie ni la tristesse, ni la colère...

Rester en position d’observateur permet d’être simplement tel que l’on est, et on peut enfin l’être pleinement. Si l’on se sent triste, on accueille la tristesse comme un fait. Il est alors possible de ne pas la laisser nous emporter pour mieux décider d’une attitude juste. Souvent appliquée sous forme de méditation, la pratique de la pleine conscience est privilégiée dans les thérapies cognitives pour réguler l’humeur et soigner la dépression : être conscient de ses ressentis permet d’annuler les habitudes cognitives devenues automatiques et qui provoquent la dépression, en choisissant consciemment de ne pas se laisser « prendre aux jeux » de ses émotions.

En stimulant les sens, en concentrant l’attention sur une activité, le jardin thérapeutique rejoint la pleine conscience dans ses principes. Pour en ressentir tous les bienfaits, il est essentiel de ne penser qu’à ce que l’on fait dans l’instant. Nettoyer la terre de ses mauvaises herbes, biner ou planter ont un effet libérateur non négligeable : une après-midi au jardin laisse s’envoler tous les soucis, si l’on conscience comme reconnaissance à ce que l’on fait.  

Les bienfaits de la pleine conscience

En pleine conscience comme au jardin thérapeutique, être complétement à ce que l’on fait sans avoir « la tête ailleurs » a une grande valeur thérapeutique pour la réduction du stress, la prévention ou le traitement de la dépression.

Respirer l’air frais, entendre le bruissement des feuilles d’un arbre, sentir sous ses doigts la racine qui résiste... le jardin thérapeutique permet de se recentrer, de changer de cadre. Destiné aussi aux soignantsle jardin thérapeutique apparaît comme un outil préventif contre le burn out des soignants.

De plus en plus courant dans le milieu médico-social, le burn out est un épuisement professionnel dû au stress et à la fatigue physique d’un travail qui n’est pas de tout repos. Les conditions sont difficiles, les émotions vécues sont nombreuses et parfois difficiles à « encaisser ». Le mal à la fois physique et psychique grandit avec la dépréciation de soi-même, le manque de confiance, le désintérêt pour son activité, l’irritabilité... il devient urgent d’enrayer le processus et de redonner du sens à sa vie.

Accueillir sa tristesse, ses colères, ses frustrations, calmer son stress en le pointant du doigt : la pleine conscience offre une réponse thérapeutique adaptée, dans un métier où l’on a plus que jamais besoin de rester authentique et concerné.

Ecoute et bienveillance : la pleine conscience dans le soin

Le soin est une attention que l’on porte à une personne considérée comme un tout : un corps, des peurs, des goûts, des souvenirs... Les soins à la personne ne sauraient être machinaux, sans conscience de leurs gestes. La pleine conscience intervient aussi dans la bienveillance et dans l’écoute que le soignant peut apporter au patient.

Être pleinement présent à ce que l’on fait est essentiel pour soi comme ça l’est pour le patient. Dans cet équilibre, l’institut Ecoé forme le personnel médico-social comme les professionnels des entreprises à la présence consciente, à la croisée des sciences humaines, de la neurologie et des sciences cognitives, et des « grandes sources de sagesse de l’humanité ».

Les méthodes développées par le Docteur en médecine Cathy Blanc s’attachent à ce que chacun puisse trouver en soi ses propres ressources, ses compétences, ses valeurs,

« afin de créer une relation où chacun a sa place, où l’on est moins envahi par nos émotions et celles de l’autre, on porte moins, on accompagne plus ». 

Dr Cathy Blanc

Porter sur soi-même un regard bienveillant permet de regarder l’autre avec une même bienveillance, et il est essentiel de prendre soin de soi pour mieux soigner l’autre.  Le jardin à visée thérapeutique et la pleine conscience se rejoignent dans ce qu’ils ont à apporter au soignant : une libération du stress, l’écoute et la bienveillance.

Pour en savoir plus sur Ecoé : >ecoe.fr

Nous remercions Cathy Blanc pour sa contribution !  

< Retour aux articles la santé au jardin