La santé au jardin 

Publié le 01 août 2017

La sagesse de l’arbre

Un arbre
Un arbre

C’est l’été : vous êtes bien, là, au frais, à l’ombre d’un arbre. Le bruissement de ses feuilles, la douceur de son écorce, l’odeur de ses frondaisons… l’arbre à beaucoup de choses à nous transmettre : quels sont ses secrets ?

L’arbre et sa symbolique

Des racines bien ancrées dans la terre, des branches qui courent vers la lumière, des feuilles qui s’envolent au vent… dans toutes les cultures et à toutes les époques, l’arbre est une incarnation de la sagesse.

En France, la légende veut que le roi Saint-Louis rendît justice sous un chêne du bois de Vincennes. Symbole de force et de solidité, il incarne aussi la majesté. Cela nous rappelle le fameux arbre à palabres africain : lieu de rassemblement de la communauté, c’est sous son ombre que l’on règle les conflits du village. C’est aussi là où l’on raconte les histoires, où l’on transmet le savoir aux enfants.

Symbolisant à la fois l’homme et l’univers, il rassemble dans sa verticalité les niveaux du cosmos : la terre, l’air, le ciel. Les énergéticiens le voient comme un lieu de rencontre pour les énergies telluriques.

L’arbre messager

Dans son cycle de vie, l’arbre est pratiquement autosuffisant : il n’a pas besoin de grand-chose pour se régénérer, saisons après saisons, cycle après cycle.

L’arbre sait surtout communiquer et envoyer des messages. La science a prouvé que les arbres savaient échanger entre eux, et communiquer par messages gazeux. Face à un prédateur qui viendrait brouter les feuilles d’un seul d’entre eux, certains acacias d’Afrique du sud ont montré qu’ils pouvaient alors tous, sur une même zone, changer la composition biochimique de leurs propres feuilles, pour les rendre impropres à la consommation.

Les arbres semblent aussi percevoir les ondes magnétiques, entendre les ondes sonores, toucher des ondes mécaniques : les arbres ressentent nos propres messages.

L’arbre qui soigne

L’arbre sait aussi nous soigner. Il purifie notre air contre la pollution, produit l’oxygène qui nous est vitale. Il protège et régénère le sol, il est un élément majeur du cycle de l’eau.

Communiquant, il sait aussi nous rassurer, nous apaiser, ou, au contraire, nous permettre d’exprimer nos peurs les plus profondes.

Au jardin thérapeutique, l’arbre n’est pas qu’un ornement. Il peut être nourricier lorsqu’il est fruitier – figuier, pommier, cerisier…-, il est rassurant, lorsque l’on sent sa force – châtaigner, olivier… -, il nous abrite sous son ombre – noyer, marronnier… -

Le voir, le toucher, le sentir, l’écouter, goûter ses fruits… l’arbre sait surtout stimuler nos sens pour nous faire sentir bien en vie : plantez des arbres dans votre jardin, vous plantez de la vie !

Un peu de lecture ? Retrouvez la vie secrète des arbres, de Peter Wohlleben, aux éditions Les Arènes, 1er mars 2017. 

Publié le 04 juillet 2017

La médiation animale

La chienne Java
La chienne JAva

Depuis déjà quelques années, on voit apparaître la médiation animale comme complément aux soins thérapeutiques auprès des personnes âgées, personnes handicapées ou autistes… Attendrissants, sincères, authentiques, les animaux savent faire du bien aux personnes en situation de fragilité.

Un lien privilégié

Hospitalisé en unité d’hébergement renforcée – UHR- adaptée aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, Pierre sourit lorsqu’il voit sa chienne Java, il lui parle et la câline, il la réclame lorsqu’elle n’est pas là… Sans Java, Pierre ne parle presque plus ni au personnel soignant, ni à ses proches, qui témoignent de tout le bien que peut lui faire son Jack Russel.

Plus qu’un simple jeu, Pierre a établi un lien privilégié avec son animal. Et plus qu’une simple cohabitation, nous établissons tous un lien de partage et d’échange avec les animaux, qu’ils soient domestiques ou non, que nous soyons en situation de fragilité ou non.

Caresser un chat, jouer avec son chien, prendre soin de ses poules ou perdre son regard parmi les vaches d’un près, nous avons tous, un jour ou l’autre, ressenti du plaisir à leur contact. Nous échangeons, nous partageons, nous touchons… comme avec Pierre, les animaux savent nous éveiller, nous maintenir en vie.

C’est sur ce principe que se base la médiation familiale, celui d’un lien unique qui a toujours existé entre l’homme et l’animal.

Soigner pour se soigner

Par le jeu, les caresses ou les soins, un partage s’installe, un échange se construit, en toute authenticité et sans jugement. Les animaux savent nous attendrir, nous émouvoir : ce qu’ils provoquent en nous est un réconfort.

En médiation animale, l’animal intervient comme un tiers, entre le thérapeute et le patient. Il peut aussi intervenir dans le cadre familial. Dans les deux cas, il est un facilitateur, qui permet de guider le patient vers lui-même, là où parfois le thérapeute ne peut pas aller.

Si les chiens sont souvent utilisés pour la médiation avec des personnes âgées, les chevaux et les poneys sont également les compagnons des personnes handicapées comme des enfants autistes. En zone rurale, les animaux de la ferme font d’excellents médiateurs, et en pédiatrie, les lapins ou les cochons d’Inde ravissent les enfants.

Quels qu’ils soient, tous ces animaux ont en commun d’appeler aux caresses, aux jeux, et surtout aux soins : tout naturellement, ils amènent peu à peu les personnes en situation de fragilité à avoir un geste de soin envers eux.

En médiation animale, un chat, un chien sont un réconfort aussi dans le soin qu’on peut leur apporter : soigner quelqu’un fait du bien, donne un but, comme une raison d’être.

Le mieux-être qui se communique

Sans Java, Pierre se referme sur lui-même : Java sait le faire communiquer. Dans le cadre d’une hospitalisation, les animaux ont la faculté d’apporter beaucoup de vie, comme un lien vers le monde « extérieur ».

Et le plaisir, ça se partage : les résidents de l’unité de Pierre sont toujours ravis de la voir arriver, et Java se fait un plaisir de passer de bras en bras, de caresses en caresses. C’est l’occasion pour tous de raconter qu’ils avaient eux-mêmes un chien, ou un « canou » comme ils disent en patois, son nom, les marches et les jeux qu’ils faisaient ensemble… leur mémoire est stimulée, les bons souvenirs et les émotions reviennent avec Java.

Et si l’on sortait chasser les lézards ? Java emmène aussi les résidents au jardin, pour un peu d’activité physique. Au programme, jeux de balle et chasse aux bestioles dans les massifs. La bonne humeur et les éclats de rire viennent compléter le plaisir d’une activité en plein air.

Le contact avec un animal peut être un soin non médicamenteux à part entière, ou intervenir pour compléter différentes pratiques de soin. Pour Terramie, la médiation animale a sa place au jardin thérapeutique, parmi ces choses de la nature qui nous font du bien, tout naturellement.

Merci à Nicole pour son témoignage, à Pierre, son mari, et à Java, leur chienne âgée de 3 ans. 

Publié le 27 juin 2017

Flower power, le pouvoir des fleurs

Affiche du festival international des jardins
affiche du festival international des jardins
Du 20 avril au 5 novembre, les fleurs prennent le pouvoir au domaine de Chaumont sur Loire. Séduction, charme, soin ou poison… à l’occasion de son festival international des jardins, le domaine explore le pouvoir des fleurs.

Le festival international des jardins

Depuis 1992, le festival des jardins du domaine du château de Chaumont-sur-Loire est devenu un évènement incontournable pour les professionnels comme les passionnés amateurs d’horticultures.

Chaque année est présenté un ensemble de jardins reprenant le thème annuel, comme autant de tableaux d’une exposition. De jour, on découvre des formes, des sons, des couleurs, et les soirs d’été, les « jardins de lumière » se découvrent à la lueur des illuminations.

Et tout au long de l’année, les jardins pérennes sont une exposition permanente où, au bord de la rivière, on peut flâner dans les brumes, méditer, découvrir…

L’édition 2017

Cette année, le domaine fait la part belle aux fleurs et à leur pouvoir : 26 jardins mettent en scène la séduction, les charmes, les soins, ou les dangers que représentent les fleurs dans l’imaginaire des hommes.

« De l’autre côté du miroir », « le bouquet d’après », « le pouvoir des sorcières », « inspiration »… on passe de surprises en émerveillement, de rêves en contes de fées.  Les parfums, les couleurs, les textures, les formes… tous les sens sont mis en éveil par une sélection unique de fleurs rares, inhabituelles ou inattendues.

Prenez le temps de flâner de fleur en fleur, de butiner de jardin en jardin… c’est une expo qui va vous faire du bien ! 

Pour en savoir plus : c'est par ici !

Articles précédents :

02 juin 2017 | Le sureau

10 mai 2017 | Les saints de glace

21 avril 2017 | Chez Gaëlle, une terrasse de printemps

02 mars 2017 | Le mimosa

20 février 2017 | Le jardin : Ajouter de la vie

13 janvier 2017 | Les nombreuses vertus du gratte-cul

13 décembre 2016 | Prendre soin de ses poules avant l’hiver

05 décembre 2016 | Le mouvement Ecoé

> Consulter les archives des articles Terramie sur la santé au jardin