Publié le 03 juillet 2018

L’écosophie ou la sagesse de la nature, de Serge Mongeau

Militant en écologie politique et pour la simplicité volontaire, Serge Mongeau défend l’«écosophie », la philosophie d’une vie toujours liée à son environnement naturel. La nature n’est pas une ressource extérieure à l’homme, celui-ci doit reprendre son rôle au sein d’une interaction bienfaisante. Clair et passionnant, concret et actuel, le livre L’écosophie ou la sagesse de la nature montre comment la nature est liée à l’homme de manière symbiotique, et nous donne même quelques pistes pour retrouver ce lien.

La symbiose entre l’homme et la nature

Ecologiste, politologue, jardinier, écrivain… Serge Mongeau est aussi médecin : son approche du lien entre l’homme et la nature s’installe sur des bases physiologiques. L’homme a un besoin physiologique de nature, il lui est lié.

C’est en décrivant la relation qu’il entretien lui-même avec son jardin que l’auteur construit la vision d’une nature non pas extérieure à l’homme mais comme un processus global dans lequel il est inscrit. Mongeau choisit alors le mot de "symbiose", qui, en biologie, se définit comme une association biologique durable, et réciproquement profitable entre deux organismes d’espèces différents : homme et nature sont bénéfiques l’un a l’autre, inscrit dans un même processus.

Comment recréer un lien quelque peu oublié ?

Retrouver le lien… des propos sur le bonheur

A la suite de L’écosophie, un petit essai nous donne quelques pistes à explorer, pour un retour aux choses naturelles. Prendre le temps de vivre, prendre le temps des relations humaines, prendre le temps de jardiner, simplifier ses habitudes de consommations, s’investir dans des actions collectives… En essai sur le bonheur, la Belle vie pose les préceptes de la simplicité volontaire , un mode de vie précieux à Serge Mongeon.

Les références :   

L’écosophie ou la sagesse de la nature, de Serge Mongeau, aux éditions Ecosociété, paru en septembre 2017.

En savoir plus

Publié le 10 juillet 2018

Le nouveau jardin de vie de l’EHPAD Sainte-Famille, à Montigny-lès-Metz

Samedi 9 juin, l’Ehpad Sainte-Famille de Montigny-lès-Metz a inauguré son jardin de vie. Flambant neuf, il a été conçu pour s’adapter à tous les résidents. Facile d’accès, propice à la promenade, esthétique et qui fait du bien… le rêve s’est réalisé.

La cerise sur le gâteau : un jardin de vie

Alors qu’il disposait déjà d’un parc arboré, l’EHPAD Sainte-Famille s’est lancé dans un grand projet : redessiner ses extérieurs pour que chacun – résidents, soignants, familles – puisse en profiter pleinement.

La belle idée est intervenue dans le cadre des grands travaux de restructuration de l’établissement, dans une perspective de l’amélioration du cadre de vie des résidents comme du cadre professionnel des soignants, et de promotion de la bientraitance.

Pouvoir prendre l’air, écouter le chant des oiseaux, cueillir des fleurs et des fruits… le jardin de vie s’est alors imposé comme l’aboutissement du projet de l’Ehpad, une belle cerise sur le gâteau !

La nature pour tous

Parce qu’un coin de nature où l’on peut se promener, discuter ou jardiner à une influence plus que positive pour tous ceux qui l’habitent, il était important que chacun puisse en profiter.  

Avec l’accompagnement de Philippe Pauchard pour Terramie, le jardin a été conçu pour s’adapter à tous les résidents, quel que soit leur degré d’autonomie, et pour l’interaction avec les équipes soignantes et les familles.

Des parcours sensoriels, des potagers surélevés, des enclos pour les animaux, des marquages visuels bien déterminés et des espaces de repos ombragés ont été installés. Désormais, les accompagnements et les activités peuvent y prendre place, et chacun peut y participer.

Les familles et les scolaires sont également les bienvenus : le jardin de vie est rapidement devenu un espace convivial, où le lien social reste maintenu et florissant.

Préservation de l’autonomie, stimulation des sens, maintient du lien social, amélioration du bien-être global… le jardin de vie répond à l’urgence de la bientraitance.

Retrouvez l'album photo sur notre page Facebook ! 

En savoir plus

Ils témoignent...

CLAUDINE, 32 ans, infirmière Diplômée d’Etat, travaille en unité de vie Alzheimer au sein d’un EHPAD

« J’ai été surprise de l’impact que le jardin a eu sur la qualité de sommeil de Louise. Cette mamie de 78 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer avait des difficultés à s’endormir et à dormir toute la nuit. Dès qu’elle a commencé à sortir au jardin, elle a posé moins de problème pour se coucher le soir et a commencé à avoir un meilleur cycle de sommeil. On a donc réduit la prise de médicaments. »

MATHILDE, animatrice en PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés)

« Nous avons un monsieur qui est sujet à de régulières crises d’angoisse. Il peut même devenir violent. Il a compris qu’aller au jardin thérapeutique du PASA lui permettait de se calmer. Chaque fois qu’il sent l’angoisse monter, il sort et marche et marche encore. Il revient à l’intérieur, sa crise est passée. »

Jean-Claude, 58 ans

« Vous savez, quand on est touché par un cancer, on doit être fort mentalement pour accepter les protocoles, les effets secondaires, la fatigue… Moi, chaque fois que j’avais une séance de chimio, je m’arrangeais pour arriver à l’hôpital 30 mn avant. Ca me permettait de passer une demi-heure dans le jardin thérapeutique du CHU. Je me sentais relié à la nature, à la vie. Ca m’aidait à faire le plein d’énergie et à faire face. Je crois vraiment que ça m’a bien aidé à trouver la force de me soigner.  »