Publié le 02 mars 2018

Les saisons, notre vraie nature

Brrr… qu’il fait froid ! et dire que dans quelques mois, nous aurons peut-être beaucoup trop chaud… D’hiver en été, du printemps à l’automne, les saisons rythment nos vies et nous relient à la nature. Prenons-les du bon côté, les saisons sont notre vraie nature.

Que l’on préfère l’été pour son soleil, l’automne pour ses couleurs, l’hiver pour sa neige ou le printemps pour son vert tendre, toutes les saisons ont du bon, pour la nature comme pour nous. De manière consciente ou non, elles jouent sur nos humeurs et nos petits bonheurs, et elles ont un lien direct avec notre corps. Elles nous rappellent que nous sommes liés à la nature.

Ce que nous évoquent les saisons

Nous avons tous une histoire particulière avec les saisons. On peut apprécier l’été pour ses grandes vacances et ses soirées animées, l’automne pour ses après-midis pluvieuses à bouquiner, le printemps et ses balades, l’hiver pour les bonhommes de neige… quelque soit notre vécu, il y a du bon et du mauvais dans chaque saison, qui peut influencer l’humeur : autant voir le bon côté des choses !

Les saisons jouent un rôle pour la nature comme pour nous, il faut savoir en profiter. La nature nous influence, et c’est une source de bien-être.

Notre corps au fil des saisons

Le corps humain est particulièrement sensible aux changements de saisons. Il devra s’adapter, de saison en saison, aux nouvelles conditions dans lequel il vit : froid ou chaud, humidité et sécheresse, pollens et ions… le corps en est tout secoué ! Tout comme elles rythment la nature, les saisons rythment le corps.

Stockage des nutriments, production des hormones, stimulation des défenses immunitaires… chaque saison a son rôle et joue sur les fonctions physiologiques. Et ça joue aussi sur l’humeur !

L’hiver est connu pour être une saison plutôt risquée, et non, ce n’est pas seulement parce que vous risquez d’oublier votre écharpe. Pendant l’hiver, notre corps connait une baisse des défenses immunitaires, et se fatigue davantage pour lutter contre les conditions : notre corps nous rappelle que l’hiver, c’est fait pour se reposer. Ce qui vaut pour la nature vaut aussi pour nous.

C’est aussi le moment de l’année où l’on sera le moins exposé aux rayons du soleil, et ça, ça donne franchement un coup au moral. La dépression saisonnière est très connue des personnes météo-sensibles : en hiver, n’oubliez pas de sortir au maximum ! Profitez d’une activité physique en extérieur, respirez, oxygénez-vous. N’ayez pas peur du froid : couvrez-vous bien, l’air pur et glacial des montagnes est notamment connu pour ses bienfaits sur le système respiratoire.

Profitons des saisons !

Si les saisons sont bénéfiques pour le corps comme pour l’esprit, il est important de savoir profiter des saisons. Elles nous font sentir bien vivants, nous rappellent notre nature et notre rythme.

Ouvrez-vous aux saisons ! C’est au jardin que vous pourrez en profiter au maximum. Prenez le temps d’observer, de voir, de ressentir chacun des signes des saisons envoyés par la nature : les bourgeons du printemps, les feuilles d’automne qui tombent, les premiers flocons dans le potager… Et quel bonheur de connaître son jardin saison après saison, comme s’il renaissait à chaque fois !

Vivez votre jardin, saison après saison.

En savoir plus

Publié le 12 juin 2018

Biopratic, les jardins surélevés qui vont partout !

Des jardins innovantsPratiques, écologiques, faciles d’entretien… les jardins surélevés Biopratic ont tout pour plaire, surtout à Terramie ! Nous avons été séduits par leurs valeurs ludiques, thérapeutiques et pédagogiques, pour des jardins toujours plus adaptés à leurs usagers.

Dans une cour d’école ou dans un établissement de soin sans vraiment de place en extérieur, on peut difficilement profiter des bienfaits de la nature : Alain Berthet et Fabrice Ferrari ont trouvé une solution qui pourrait faire venir de la verdure dans nombre de structures.

Ils ont conçu des jardins surélevés, constitués d’un bac de plantation d’1m², installés sur une réserve d’eau de 200 L. Avec 90 cm de hauteur, le jardinage peut se pratiquer debout ou assis, et même en fauteuil roulant.

Pour tous, du jardin thérapeutique…

Facilité d’installation, mobilité, adaptabilité… les jardins se libèrent. Avec Biopratic, Terramie peut désormais proposer des jardins de vie et des jardins thérapeutiques à davantage d’établissements.

En maison de retraites, EHPAD, centres de soin, un terrain en extérieur n’est plus une nécessité pour pouvoir bénéficier des bienfaits thérapeutiques du jardinage 

Lorsqu’un bout de terrain est disponible, les bacs Biopratic s’intègrent avec harmonie aux jardins de vie pensés et conçus par Terramie, selon les besoins et les possibilités de chacun.

Et quand la surface disponible fait moins de 20 m2, on peut toujours installer un bac ! Terramie propose alors aux équipes soignantes une formation au jardin thérapeutique, pour une activité quotidienne et bienfaisante.

Radis, salades ou pensées, tout y pousse, sous l’œil ravi des résidents. En petits carrés de nature, Biopratic a trouvé comment rendre accessible à tous un petit bout de jardinage qui fait tellement de bien.

… au jardin urbain et connecté

Les jardins surélevés séduisent aussi les écoles : ils y deviennent des petits potagers que l’on fait grandir tous ensemble, avec les copains. On y apprend à planter, à arroser, et à attendre… avant de croquer sa récolte. Biopratic facilite l’atelier jardinage !

Les villes se mettent au potager urbain : et si on en installait un sur sa terrasse ?

En plus d’être solide et de durer dans le temps, le jardin surélevé sait être autonome. Sa réserve d’eau récupère l’eau de pluie et d’arrosage, pour, si on le souhaite, alimenter à elle seule les plantations. Un arrosage solaire automatique rend l’entretien facile, voire pilotable à distance, par une appli dédiée : Biopratic surfe sur la tendance du jardin connecté.

Adaptés aux jardins Terramie pour leur accessibilité, leur mobilité, et leur durabilité, les jardins surélevés Biopratic trouvent depuis peu leur place dans nos nouveaux projets : c’est le début d’une belle aventure commune. 

Retrouvez tout sur Biopratic !

En savoir plus

Ils témoignent...

CLAUDINE, 32 ans, infirmière Diplômée d’Etat, travaille en unité de vie Alzheimer au sein d’un EHPAD

« J’ai été surprise de l’impact que le jardin a eu sur la qualité de sommeil de Louise. Cette mamie de 78 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer avait des difficultés à s’endormir et à dormir toute la nuit. Dès qu’elle a commencé à sortir au jardin, elle a posé moins de problème pour se coucher le soir et a commencé à avoir un meilleur cycle de sommeil. On a donc réduit la prise de médicaments. »

MATHILDE, animatrice en PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés)

« Nous avons un monsieur qui est sujet à de régulières crises d’angoisse. Il peut même devenir violent. Il a compris qu’aller au jardin thérapeutique du PASA lui permettait de se calmer. Chaque fois qu’il sent l’angoisse monter, il sort et marche et marche encore. Il revient à l’intérieur, sa crise est passée. »

Jean-Claude, 58 ans

« Vous savez, quand on est touché par un cancer, on doit être fort mentalement pour accepter les protocoles, les effets secondaires, la fatigue… Moi, chaque fois que j’avais une séance de chimio, je m’arrangeais pour arriver à l’hôpital 30 mn avant. Ca me permettait de passer une demi-heure dans le jardin thérapeutique du CHU. Je me sentais relié à la nature, à la vie. Ca m’aidait à faire le plein d’énergie et à faire face. Je crois vraiment que ça m’a bien aidé à trouver la force de me soigner.  »