Publié le 14 décembre 2017

Le colloque Agevillage Humanitude 2017

affiche colloque Age Village Humanitude
colloque Age Village HUmanitude

Les 9 et 10 novembre, Terramie a participé au dixième colloque Agevillage et Humanitude sur les approches non médicamenteuses dans le « prendre-soin ». Cette année autour du thème de l’art, plus de mille professionnels se sont retrouvés en ateliers, conférences, tables-rondes pour se pencher sur un soin bienveillant, et plein d’humanité.

« Faire évoluer les milieux de soin en milieux de vie »

Le colloque Agevillage Humanitude a été créé il y a dix ans pour promouvoir les approches non-médicamenteuses dans le prendre-soin des personnes fragiles et vulnérables.

Dans les gestes du quotidien, dans l’ambiance et l’environnement du milieu de vie, dans les techniques de soin, les approches non-médicamenteuses s’appuient sur un principe de la « bientraitance », où l’humain reprend une place centrale, pour le patient comme pour le soignant. Plus qu’un lieu de soin, l’institution médicale – EHPAD, SSIAD, CLIC, CH…- pourrait devenir un lieu de vie, où les échanges et les relations prennent sens.

De cette véritable éthique de soin est née l’Humanitude, une méthodologie de pratiques élaborée par Yves Gineste et Rosette Marescotti. Avec Annie de Vivie, fondatrice d’Agevillage et directrice des formations Humanitude, ils se mobilisent chaque année pour promouvoir la qualité de vie des personnes en situation de fragilité, mais aussi pour la qualité de vie des professionnels, au travers du colloque Agevillage Humanitude.

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité » Nietzsche

Après avoir abordé les approches non-médicamenteuses sous les thèmes de la douleur, de la nutrition, du cadre de vie, le colloque 2017 s’est penché sur l’art, comme créateur de vie, et d’envies.

Philosophes, médecins, art-thérapeutes et artistes ont pu éclairer le millier de professionnels du soin sur tout ce que peut apporter l’art dans les pratiques de soin au quotidien,

« Parce que les œuvres de Jeff Koons ou de Rothko sont préférées à des photos de paysages ou de chat par des personnes malades Alzheimer, a constaté le neurologue serge Lemarquis. […]

Parce que les professionnels du soin qui ont expérimenté ces initiatives (danses, chants, art du cirque, street arts...) n'imaginent plus leurs projets sans cette dimension artistique et culturelle. […]

Parce que l'art se décline dans l'architecture des lieux, les choix des matériaux, des éclairages, des matériels mais aussi dans l'art culinaire pour lutter efficacement contre la dénutrition. » nous raconte Annie de Vivie

L’art dans le soin sait rendre la vie. L’envie, la créativité, les projets… l’art est toujours là et nous rappelle que l’on est en vie, jusque dans les derniers moments. Se beauté et sa force accompagnent aussi les soignants dans leur quotidien, contre les règlements et les contraintes, contre l’épuisement.

Le jardin à visée thérapeutique : tout un art !

La sensation de la terre humide, l’émotion face à un près aux mille couleurs… le bien-être au jardin, c’est tout un art !

Ce dixième colloque Humanitude résonne dans les jardins Terramie, où dans les idées mises en œuvre pour créer un bel ensemble, dans la taille des arbres et le travail de travail de la terre, dans le « faire-ensemble », le jardin thérapeutique est lui-même un art du prendre-soin.

La beauté, l’émotion esthétique, les sensations du corps au jardin sont un retour naturel à la vie, à l’envie.

Pour en savoir plus sur le colloque Agevillage et Humanitude 

< Retour aux articles la santé au jardin