Souvenirs de l’expo Jardins, au Grand palais

Publié le 06 septembre 2017

Souvenirs de l’expo Jardins, au Grand palais

Acanthes de Matisse
Acanthes de Matisse

Un peu de fraîcheur bucolique dans la capitale ! Jusqu’au 24 juillet, les parisiens ont pu profiter d’une belle balade dans les plus beaux jardins de l’histoire de l’art. Retour sur l’expo Jardins, au Grand Palais.  

Le jardin et les sens

Pour faire vivre la nature dans ses vastes galeries, le Grand Palais a aménagé une exposition hors des sentiers battus. Difficile d’exposer un jardin dans un musée… et pourtant, l’exposition Jardins parvient à la fois à représenter le jardin, et à le faire vivre, là, en plein Paris.

Le jardin s’est raconté à travers la peinture, les herbiers, les collections de photos et d’objets, mais aussi de nombreuses installations, des environnements sonores et olfactifs. Comme en pleine nature, tous nos sens sont en éveil.

Cézanne, Fragonard, Matisse, Klimt… l’artiste se fait jardinier et le jardinier se fait artiste : le Grand Palais a su présenter comment le jardin est bien une œuvre d’art vivante, en retraçant comment, de la Renaissance à nos jours, il est l’une des rares œuvres multisensorielles.

De l’art, du savoir, et de la poésie

A l’heure où les français reviennent à l’évidence de la nature, l’exposition du Grand Palais nous rappelle comment le jardin s’est montré comme art, science du paysage, beauté depuis la Renaissance.

Savoir encyclopédique, il est aussi une poésie, plein de symbole : « le jardin est pragmatique, besogneux, mais aussi symbolique ! » témoigne Nathalie Joulie-Morand, de Terramie.

Avec une précision toute naturaliste, les aquarelles de Dürer – notamment - savent révéler toute la délicatesse, la poésie et la beauté de paysages comme de végétaux.

Le jardin a toujours inspiré les artistes, et, sa représentation trouve un épanouissement dans l’impressionnisme. L’art s’y est exprimé en pleine nature, les œuvres de Monet sont déjà une promenade. Les jardins et leur représentation deviendront ensuite métaphoriques, et encore plus poétiques.

L’œuvre que nous avons préféré ? Les Acanthes de Matisse.

« Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l’éternité »

Gilles Clément

< Retour aux articles la santé au jardin